logobourdeau

logobourgetdulac

logolachapelledumontduchat

logolamotteservolex

A VENIR

Aucun évènement à venir!

AGENDA

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

LIENS UTILES

Les cimenteries de Bourdeau : Conférence de Roger Charles le mardi 7 février 2017

Malgré un temps froid et pluvieux, une quarantaine de nos adhérents sont venus assister à la conférence de R. Charles. Passionné d'histoire et d’archéologie, il prospecta pendant une année dans la chaîne de l'Epine afin de retrouver et photographier les vestiges des carrières, avaloirs, fours et bassin des anciennes cimenteries.

L'industrie des chaux et ciments consiste à transformer des roches calcaires contenant plus ou moins d'argile afin d'obtenir des catégories variées de chaux et ciment. M. Charles, tout en illustrant son propos de photographies et de plans, nous fit découvrir les différents propriétaires et améliorations que subirent ces usines de 1884 à 1959. C'est en 1883 que Antoine Roche commence l'exploitation de trois carrières de pierre à ciment en galeries souterraines et une concession de pierres à chaux à ciel ouvert sur la commune de Bourdeau. De son côté, les 21 et 24 février 1884, Charles Cordier, banquier à Chambéry, obtient les autorisations préfectorale et communale pour ouvrir une carrière de pierre à ciment, à ciel ouvert, sur la commune de St-Jean-de-Chevelu. Le travail des ouvriers, qui consiste à casser les pierres en petits morceaux et à les charger dans des tombereaux, est très pénible, Ils travaillent 8 à 10 heures par jour, pour un salaire de 0,25 F de l'heure. 1886, M. Cordier arrête son activité. Elle est reprise par Joseph-Emmanuel Allibert qui fera faillite un an plus tard. Tous ses biens immobiliers, mobiliers seront saisis et les usines vendues pour payer les créanciers. . .

En 1888 Pierre Rey, ancien polytechnicien, rachète les concessions et usines ; après d'importants travaux de mise en sécurité, il les fera prospérer de façon magistrale. Peu après, M. Rey obtient l'accès au lac grâce à la construction de deux pontons ; l'un est situé à Bourdeau et l'autre sur la rive opposée, au port de Choudy près d'Aix. Peu après M. Rey achète deux bateaux, l'un à voiles, l’autre à pétrole. Ils feront le va-et-vient entre les deux rives du lac, emportant vers Aix les sacs de ciment et de chaux et revenant chargés du charbon nécessaire à l'alimentation des fours. Un entrepôt de 2000m carrés permet le stockage de ces matériaux à Choudy.

Le 2 janvier 1895, Pierre Rey et son fils Louis créent une société. « Rey père et fils » pour une durée de 10 ans, au capital de 120 000 F, dont le siège est à Bourdeau. En 1902 Louis Rey en prend la gestion.

Le 19 janvier 1903, Louis Rey décède tragiquement sur les lieux de son travail ; sa veuve continuera courageusement, mais en novembre 1905 Pierre Rey décède à son domicile et sa succession est ouverte. Ses biens sont répartis entre ses héritiers : sa fille Pauline et les trois enfants de son fils défunt. En 1906, M. Rivollier rachète la société gui sera à l'arrêt pendant la Première Guerre mondiale et le 31 décembre 1955, elle ferme définitivement.

Remarquons qu'à la fin du 19" et au début du 20" siècle Aix-les-Bains est en plein essor : c'est « la Belle Époque » et les nobles s'y rendent. Les villas particulières, hôtels, palaces ainsi que l'hôpital sortent de terre. La société Rey fournit ciment, chaux et fabrique, prêts à poser, encadrements de portes et fenêtres, balustrades, fontaines, vasques...