logobourdeau

logobourgetdulac

logolachapelledumontduchat

logolamotteservolex

A VENIR

28
Oct
Bibliothèque des Deux Mondes
Date : 28 octobre 2019, 09:00

21
Nov
Bibliothèque des Deux Mondes
Date : 21 novembre 2019, 19:30

AGENDA

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

LIENS UTILES


Assemblée Générale du 19 janvier 2019


"Guerre 1914/1918 - de juillet à décembre 1917" : une conférence de Jean-François Patris le jeudi 8 novembre 2018

Ce jeudi, J-F Patris, pour sa septième conférence, entreprend de nous raconter les faits les plus importants des six derniers mois de l’année 1917. Nous retrouverons au cours de cette période les Français, Eugène et son frère Robert, et Rudy l’Allemand engagé lui aussi dans cette terrible guerre.

L’offensive Haig

En juin 1917, le britannique Douglas Haig lance une offensive de grande envergure dans les Flandres à Ypres au bout du front. Cette bataille prendra aussi le nom de « Passchendaele ». Canadiens et Australiens y participent en grand nombre aidés par les Français. Le 7 au matin, des explosions fantastiques secouent ciel et terre, les canons tonnent et les fantassins s’élancent à l’assaut. Les Allemands cèdent, l’offensive détruit leurs positions à Messines. Le 31 juillet, les divisions de Haig marchent sur Ostende mais une pluie diluvienne vient tout gâcher. Le champ de bataille n’est qu’un immense marécage, les vagues d’assaut se figent dans un grand bourbier, le combat devient un enfer. Certains vétérans de Verdun avoueront que c’était un sommet dans l’horreur. L’offensive est arrêtée, Haig la relancera en août mais sans succès.


Le château de Sales à Thorens-Glières, sortie du vendredi 12 octobre 2018

Pour notre dernière sortie de l’année à la demi-journée nous prenons la route de la Haute-Savoie par un temps doux et ensoleillé. Notre but : le château de Thorens situé à la sortie du village de Thorens-Glières, à quelques kilomètres d’Annecy et en contrebas de la route du plateau des Glières.

Comme nous sommes en avance nous avons le temps de monter jusqu’à la chapelle Saint-François-de-Sales située non loin du château. Elle a été érigée par ses neveux en 1672 bien après sa mort. Elle est fermée mais nous apercevons à l’intérieur un joli retable baroque du XVIIe siècle. A sa place était situé l’ancien manoir de la famille de Sales détruit en 1630 par les armées de Louis XIII lors de l’occupation française.


"Guerre 1914/1918 été 1918-11 novembre 1918" : une conférence de Jean-François Patris le jeudi 11 octobre 2018

Fin juillet 1918, les états-majors des armées alliées se retrouvent au château de Bombon, aux environs de Melun, pour chercher une solution qui pourrait tous les contenter. L’optimisme n’est pas de rigueur. Certains pensent que les alliés pourraient prendre l’initiative en juillet 1919 et gagner en 1920 ! 1918 est la cinquième année de guerre et le front de France a déjà englouti, de part et d’autre, plus de trois millions de morts!

L’offensive du 8 août 1918

Le 8 août 1918, l’armée alliée engage une importante contre-offensive en Picardie, au niveau de la Somme, entre Amiens et St Quentin. Foch veut dégager la voie ferrée Paris-Amiens et faire sauter le saillant de Montdidier. Au petit matin c’est la surprise et l’enfer pour les Allemands. Les Anglais disposent de nouveaux tanks : le Whippet et le Mark V qui sont répartis sur trois corps d’armées : canadien, australien et anglais. Les Britanniques attaquent au centre et au nord, les Français au sud. Ces derniers disposent de chars et d’une armée révolutionnaire : 1025 avions composés de Spads et de bombardiers de jour Breguet. Pour la première fois les alliés combinent une attaque aérienne avec une offensive terrestre menée par les chars puis par l’infanterie. Les lignes allemandes sont littéralement submergées et perforées. Les soldats allemands se rendent par centaines par milliers. Avant la fin de la journée, tous les bataillons ont atteint leur objectif, le front a reculé de plus de 10 km, les unités françaises et britanniques ont pu réaliser leur jonction.


Le château de Clermont en Genevois et Nantua, sortie du samedi 25 mai 2018

Notre départ s’effectue sous un beau soleil. Nous prenons tout d’abord la direction de la Haute-Savoie où nous sommes attendus pour visiter le château de Clermont. Située sur une colline, sa silhouette massive domine le village. Au pied du château, nos guides nous attendent et nous pouvons commencer la visite.

Devant la porte d’entrée du bâtiment, notre guide nous souhaite la bienvenue et nous conte l’histoire de cette bâtisse qui date du XVIe siècle. Dès le milieu du XIIIe siècle se dressait un autre château dont l’existence est attestée par les archives. A cette époque c’est une résidence des comtes de Genève. En 1401, la maison de Savoie acquiert le comté de Genève. C’est à ce moment-là que la famille de Regard accède à la fonction de châtelain de Clermont. C’est à l’un de ses descendants que l’on doit le château. Il se nomme Gallois de Regard et est le fils de Pierre, notaire. Il a fait de brillantes études à Avignon et a passé une partie de sa vie auprès des papes à Rome en tant qu’évêque de Bagnorea (Bagnoregio). Devenu riche et puissant, il obtient du duc de Savoie, Emmanuel-Philibert, l’autorisation le 2 novembre 1576, de construire un nouveau château pour en faire sa résidence d’été. L’hiver, il réside à Annecy. La construction du bâtiment à partir d’éléments médiévaux de la maison de son père qui se dressait alors en contre-bas de l’ancien château, débute en 1578. Elle se termine en 1582, l’année où survient à Annecy le décès de Gallois. L’architecture du bâtiment est inspirée des modèles de la Renaissance italienne, c’est un des rares exemples dans l’ancien duché de Savoie. C’est un de ses neveux qui hérite du château. La famille de Regard conservera le bâtiment jusqu’en 1860 au décès de la comtesse Regard de Vars, denière du nom. Puis le comte Tancrède de Fortis l’acquiert et sa fille le revend en 1921 aux fermiers qui l’occupent, les Cottin. La famille Gay leur succède. Mis en vente en 1963, le château est acquis en 1966 par le département de la Haute-Savoie.